بسم الله الرحمن الرحيم
الصلاة و السلام على أشرف المرسلين
و على اله و اصحابه أجمعين

La religion, c’est le conseil ?

Nous retrouvons souvent dans les livres francophones une erreur de compréhension et donc de traduction du hadith célèbre du prophète , rapporté par Tamim ad Dariy, Abu Hurayrah, Ibn ‘Umar et ibn ‘Abbas. Il est mentionné dans les deux sahih ainsi que les sunan de Abi Dawud, de at Tirmidhiy et de an Nasa’iy, entre autres.

الدِّينُ النَّصِيحَةُ ” ، قُلْنَا : لِمَنْ يَا رَسُولَ اللَّهِ ؟ قَالَ : لِلَّهِ ، وَلِكِتَابِهِ ، وَلِرَسُولِهِ ، وَلأَئِمَّةِ الْمُسْلِمِينَ وَعَامَّتِهِمْ

En effet, ce hadith est communément traduit par « la religion, c’est le conseil » ou « la religion c’est le bon conseil ». Or , ce sens n’est pas celui retenu par les savants ni par les spécialistes de la langue. En effet, la traduction conforme à l’esprit du hadith serait :

« La religion, c’est la sincérité. » On demanda : « envers qui ? » Il dit : « envers Allah, son Livre, son messager, les dirigeants des musulmans ainsi qu’au commun d’entre eux ».

Effectivement, comment donc le musulman pourrait-il donner un conseil à Allah ou à son messager ou même au livre d’Allah s’il fallait comprendre « conseil » du mot « nasihah »?

Le mot arabe nasihah est dérivé de nush (النصح), qui est évoqué dans le coran. En effet, Allah dit :

لَّيْسَ عَلَى ٱلضُّعَفَآءِ وَلاَ عَلَىٰ ٱلْمَرْضَىٰ وَلاَ عَلَى ٱلَّذِينَ لاَ يَجِدُونَ مَا يُنفِقُونَ حَرَجٌ إِذَا نَصَحُواْ لِلَّهِ وَرَسُولِهِ

« Nul blâme aux faibles, aux malades, à ceux qui ne trouvent pas de quoi dépenser s’ils sont sincères (نَصَحُواْ ) avec Allah et son messager. » [1].

Al Qurtubiy[2], en expliquant ce verset, a dit : « al nush est la sincérité (ikhlas) sans aucune tricherie. De là est tirée l’expression de repentir sincère (tawbah nasuh). Naftawayh [3] a dit : « le nush d’une chose, c’est qu’elle soit sincère. On dit « il a fait preuve de nush dans sa parole », c’est-à-dire qu’il a été sincère. » Dans la langue, son sens est la sincérité (ikhlas) » [4].

Le mot nasihah est formé à partir de nash qui signifie la couture. L’aiguille pour coudre est désignée comme mansahah et le fil nassâh. L’origine n’est pas anodine.

Al Maziriy dit : « le sens de cette étymologie est qu’on blesse son frère par la sincérité de la même manière que l’aiguille blesse l’habit en le cousant » [5].

L’imam Abul ‘Abbas al Qurtubiy [6] a dit : « Al Jawhariy [7] a dit : al Khattabiy a dit : « nasihah » est un mot qui renvoie à tout ce qu’on veut de bien pour celui envers qui on en fait preuve. On dit : « le miel est devenu sincère (nasahat), c’est-à-dire qu’il est devenu pur »… La sincérité envers Allah est de lui vouer une unicité exclusive, de lui attribuer des attributs divins, de l’exempter des faiblesses, de rechercher ce qu’Il aime et de s’éloigner de ce qui le met en colère. La sincérité envers le livre d’Allah est d’y croire, d’embellir sa lecture, d’expliquer ses sens, de réfléchir à ses versets, de le protéger, de le vénérer, d’appeler à lui et de le défendre. La sincérité envers son messager ﷺest de croire à sa prophétie, de persister dans l’obéissance à ses ordres et l’éloignement de ses interdits, de s’allier à celui qui s’allie à lui, de faire son ennemi celui qui s’en fait l’ennemi, de le défendre, de le vénérer, de l’aimer, d’aimer ses ahlul bayt, de le vénérer, de vénérer sa sunnah, de la faire revivre après sa mort par la recherche,de l’authentifier, de la comprendre, de la défendre, de la répandre et d’appeler à elle, mais aussi de se parer des comportements nobles (du prophète ﷺ) ».

Abu ‘Abdullah al Qurtubiy a dit : « La sincérité envers les dirigeants des musulmans est de ne pas les combattre, de les guider vers le bien, de leur expliquer ce qu’ils négligent des affaires des musulmans, de persister dans leur obéissance et de leur donner leurs droits. La sincérité envers le commun des musulmans est de délaisser leur inimité, de les guider vers le bien, d’aimer les vertueux d’entre eux, d’invoquer pour tous et de vouloir leur bien en totalité ».


[1] Sourate at tawbah, v92
[2] Il s’agit de Abu ‘Abdullah Muhammad ibn Ahmad al Qurtibiy, l’auteur du tafsir considéré comme le meilleur selon le chaykh Ma’ul ‘aynayn. Il est en outre auteur de tadhkirah fi ahwal al mawta et de asna fi asma’il husna.
[3] Celèbre grammairien et historien. Il naquit en 244 et vécut à Baghdad
[4] Al jami’ li ahkam al qur’an
[5] Al mu’alim bi fawa’id Muslim
[6] Il s’agit de l’imam Abul ‘Abbas Ahmad ibn ‘Umar al Qurtubiy, le muhaddith et le faqih. Il est mort en 656
[7] Il s’agit de Isma’il ibn Hamad al Jawhariy, l’un des plus grands lexicographes et grammairiens de la langue arabe. Il est mort en 393.