بسم الله الرحمن الرحيم
الصلاة و السلام على أشرف المرسلين
و على اله و اصحابه أجمعين

Verset 72, sourate al Hijr

Allah dit :«  par ta vie, ils se perdent dans leur délire »

Le mot « ‘amru » est mis au cas nominatif et constitue le mubtada’ alors que le khabar est ellipsé. Il semble dire par cette forme grammaticale : «  je jure par ta vie » ou même « Que ne juré-je pas par ta vie !». La forme appropriée est celle de l’ellipse car elle correspond plus au serment.

Le sens de ce verset est : «  Par ta vie, O Muhammad, les mécréants de ton peuple, ceux de Quraysh« dans leur délire », c’est-à-dire leur égarement, « se perdent », c’est-à-dire sont dans un doute évident.

Ibn ‘Abbas a dit : «  Allah n’a pas créé, façonné, formé une créature plus noble à Ses Yeux que Muhammad. Et jamais ne n’ai entendu qu’Allah ait juré sur la vie de quelqu’un si ce n’est sur celle de Muhammad ».

Normalement, « ‘amru » s’écrit avec la voyelle « Ou » (dammah) sur la lettre « ‘ayn » parce que son origine est le mot « ‘umur » qui signifie l’âge ou la vie.Quand on dit « par ma vie », en réalité, on ne fait que jurer sur la longueur de sa propre vie. Par contre, quand on met la voyelle « a » (fathah) sur la lettre « ‘ayn », on jure par quelqu’un de spécifique. Et c’est l’usage qui le plus communément fait. Donc, Allah a visé directement le prophète ‘alayhis salatu was salam dans ce serment comme s’Il disait : «  par ce qui te reste  à vivre dans le bas-monde, O Muhammad ! »

Abu Juza’ a dit : «  Allah n’a point juré sur la vie d’un autre que Muhammad car il s’agit du plus noble des hommes auprès de Lui ».

Il a dit dit aussi : «  son sens est «  par ta vie O Muhammad, les Quraysh se répandent dans leur délire ».

 

Al Hidayah ila bulugh al nihayah du shaykh Makkiy ibn Abi Talib