Salat
14 juillet 2016

Prier la janazah derrière un wahhabi

بسم الله الرحمن الرحيم
الصلاة و السلام على أشرف المرسلين
و على اله و اصحابه أجمعين

As salamu ‘alaykum,

Nous avons perdu un proche et l’avons ramené à la mosquée pour la prière de Janazah. Seulement, l’imam fait partie de la secte wahhabie et après l’enterrement, nous voudrions refaire cette prière de janazah sur la tombe. Cela nous est-il permis dans l’école malikite ?

Réponse :

Wa ‘alaykumus salam,

Sachez que la prière derrière un partisan de la secte wahhabie est valable dans notre école. Les wahhabis sont musulmans jusqu’à preuve du contraire, bien qu’ils sont des innovateurs dans la croyance. Et la position de notre école est la validité de la prière derrière tout musulman sauf s’il est connu pour négliger les actes de la prière. Une telle prière est donc valide même si prier derrière les gens de l’innovation est interdit ainsi que les appointer comme imam officiel d’une mosquée.

L’innovation des wahhabis n’est pas telle à les faire exclure de l’Islam. En effet, il est connu que cette secte affirme la direction au sujet d’Allah, ne nie pas le lieu à son endroit et croit à la modalité pour les attributs anthropomorphiques. Or, tous ces points ne recueillent pas l’unanimité pour exclure un groupe de l’Islam.

L’imam al Qarafiy a dit : « La mécréance est de deux sortes : celle qui ne fait l’objet d’aucune divergence et celle sur laquelle les gens ont divergé (…). Parmi les (causes de mécréance) sur lesquelles les gens ont divergé, le fait d’attribuer à Allah un corps (tajsim), dire que le serviteur crée lui-même ses actions, que la Volonté d’Allah ne s’applique pas à toutes les lois, ou qu’Il soit dans une direction, exalté soit-il » [1].

Il est dit al fawakih ad dawaniy : « Une divergence survient sur la mécréance de celui qui attribue à Allah un corps. Ibn ‘Arafah a dit : « le plus probable est qu’il est mécréant ». al ‘izz (ibn ‘abdis salam) a quant à lui choisi de ne pas déclarer la mécréance du fait de la difficulté pour les gens du commun à comprendre la preuve de la non-corporalité » [2].

En réalité, la mécréance de celui qui attribue à Allah la direction et même de celui qui lui attribue le corps est un sujet très discuté et les musulmans ne déclarent pas l’apostasie pour un sujet à divergence. Certains parmi les dernières générations ont même déclaré que l’anthropomorphisme n’est pas de la mécréance dans l’absolu. Aussi vrai que l’implication d’une position n’est pas la position elle-même, celui qui tend vers de telles croyances putrides ne cesse pourtant de croire en Allah et ne croit pas qu’il soit un accident, comme cela est l’implication du fait qu’Il soit un corps.

Le sultan des savants a dit : « Il n’est pas permis de dire : « leur divergence (les gens de l’innovation) à propos des attributs d’Allah est une divergence sur le fait qu’Il soit leur maître à qui revient de droit leur obéissance et leur adoration ». De même, les divergences des musulmans dans les attributs d’Allah ne constituent pas des divergences dans le fait qu’ils Le reconnaissent tous comme leur Créateur, leur Maître et celui à qui ils doivent obéissance et adoration(…). Si on dit : « si on prétend qu’Allah, exalté soit-il est dans une direction, cela implique qu’Il soit un accident ». Nous disons : « l’implicaton de la position n’est pas la position elle-même. Ceux qui attribuent à Allah le corps affirment qu’Il est dans une direction tout en affirmant qu’Il est pré-éternel, sans début et qu’il n’est pas un accident entré en existence » [3].

De sorte, du fait de ces divergences, il est difficile de classer les wahhabis parmi les sectes mécréantes. La prière derrière eux est donc valide.

Mais faut-il la reprendre dans le temps ?

Comme indiqué, la prière derrière les gens de l’innovation est interdite et la reprise ne pourrait se faire qu’après avoir prié derrière eux sans connaître leur innovation. Sur ce point, deux positions ont été rapportées de l’imam Malik, le fait de ne pas se prononcer et le fait de déclarer recommandée la reprise. Cette deuxième position est celle de Ibn al Qasim, de Sahnun et est la position de la fatwa.

Ibn ‘Atâb [4] a été interrogé sur la prière derrière les gens de l’innovation et s’il fallait la refaire et il dit : « Ibn al Qasim a dit dans al Mudawwanah : « j’ai vu Malik se taire chaque fois qu’il était interrogé sur le fait de reprendre la prière derrière les gens de l’innovation. Il ne répondait pas ». Ibn al Qasim a dit aussi : « je vois qu’il doit la refaire dans le temps [5] ». Ibn Wahb a rapporté de Malik : « je n’ai pas entendu d’interdiction de sa part ». Ibn Wahb dans son rapport à un autre endroit dit : « On a dit à Malik : « vois-tu celui qui prie derrière eux une prière obligatoire ? » .Il répondit : « je n’aime pas parler de ce sujet, que dis-tu s’il avait prié derrière eux pendant des années ? ». Cependant, la parole de Malik n’a pas changé dans le fait d’interdire de prier derrière eux si on sait par avance qu’ils sont des gens de l’innovation. Quant à celui qui a déjà prié (et s’en rend compte après), il ne se prononçait pas. On a rapporté de lui aussi qu’il disait de ne pas refaire cette prière. Sahnun disait : « s’il refait la prière, c’est bien. S’il ne la refait pas, il n’y a rien qu’on lui reproche ». Il déclarait faible le fait de refaire cette prière (comme prière invalide) et voyait seulement qu’on devait la refaire dans le temps. Il a dit : « nombre de compagnons de Malik comme Ashhab, al Mughirah et d’autres disaient qu’on ne devait pas reprendre » [6].

Dans al Mudawwanah : « J’ai interrogé Malik sur la prière derrière un imam qadariy [7] et il dit : « si tu es sûr qu’il est qadariy, tu ne prieras pas derrière lui ». Je dis : « même pas la prière de Jumu’ah ? ». Il dit : « Même pas la Jumu’ah si tu es sûr qu’il est qadariy ». Il a dit aussi : « si tu crains pour toi-même, je vois que tu pries avec lui et qu’après tu refasses le zuhr ».

Malik a dit aussi : « les gens de la passion sont pareils que les qadaris » [8].

C’est la position que rapporte Khalil dans le Mukhtasar et ad Dardir a dit : « [Et il reprendra] la prière [dans le temps] ikhtiyariy dans le suivi d’un imam innovateur sur l’innovation duquel les savants ont divergé et que l’avis véridique est la non-mécréance » [9].

Pour le cas concret de votre question, sachez d’abord que les parents du mort sont les plus à même de prier sur lui et ont toute priorité. Vous avez donc toute autorité à demander de diriger la prière de janazah.

Cependant, si l’imam wahhabi prie sur le mort, cette prière est valide et n’a pas à être refaite, ni avant l’enterrement, ni après. En effet, répéter la prière de janazah est détesté si cette prière a été faite en groupe. L’objectif de la prière de janazah est de demander la miséricorde pour le mort et cet objectif est rempli par la présence du groupe.

Dans al Mudawwanah, l’imam Malik a dit : « celui qui arrive après la fin de la prière de janazah ne priera pas sur le mort après cela et non plus sur sa tombe. On n’appliquera pas l’action (du prophèteﷺ ) qui est rapportée du hadith » [10].

Al Hattab a dit : « La détestation n’est que quand un groupe a prié sur le mort. Quand par contre une seule personne a prié sur lui, refaire cette prière en groupe est recommandé » [11].

وصلّى الله وسلّم على سيّدنا محمد وعلى آله

 

 


[1] Al Furuq
[2] Al fawakih ad dawaniy, sharh ar risalah de an Nafrawiy
[3] Qawa’id al akham fi masalih al anam
[4] Adh Dhahabiy dit dans siyar : « Le chaykh savantissime, le muhadith véridique, celui qui a rapporté de nombreux hadiths (musnid) en Andalousie, Abu Muhammad ‘Abd ar Rahman ibn al muhadith Muhammad ibn al ‘Atâb ibn Muhsin al Qurtubiy ». Il prit de grands savants du Maghrib musulman comme ibn ‘Abdil Barr et Makkiy ibn Abi Talib. Né en 433, il est mort en 520
[5] Refaire la prière dans le temps implique qu’elle est valide et que la reprise est juste recommandée
[6] Al mi’yar al mu’rib
[7] La Qadariyah était une secte mu’taziliy qui reniait le destin (al qadar), d’où leur dénomination
[8] Al Mudawwanah
[9] Sharh al kabir
[10] Al Mudawwanah al kubra
[11] Mawwahibb al Jalil

nos réseaux sociaux
Vous avez une question ? 
Nous y répondons !
contactez-nous